mathec  
 
Offres d’emploi et de stages
Espace membre
 
 
 

 

     
  ACTUALITES
 
  MALADIES AUTO-IMMUNES (MAI) ET AUTO-INFLAMMATOIRES
   
 
 
   
 
  • • 04 octobre 2017

    1ère journée MATHEC,
    Hôpital Saint-Louis, Paris, France



    • 06 Octobre 2017

    1ère Journée du Centre de Référence Maladies Auto-immunes et Systémiques Rares, à l’hôpital COCHIN,
    Paris, France


    • 20 au 21 octobre 2017

    Journée scientifique du GFRS,
    Marseille, France


    • 17 novembre 2017

    4ème journée de la SSc des CRMR Maladies Auto-Immunes Systémiques Rares,
    Université Paris Descarte, Paris, France


    • 15 au 17 février 2018

    5th Systemic sclerosis world congress,
    Bordeaux, France


    • 18 au 31 mars 2018

    44th Annual meeting of the EBMT,
    Lisbonne, Portugal

   
  AGENDA
 
 
 
MAI   Un enjeu majeur   Traitement des MAI   Perspectives
   
 
Traitement des MAI par greffe de CSHP de 1996-2015 

En 1998, la 1ère étude française de phase I-II (ISAMAIR 98, financée par le Programme Hospitalier de Recherche Clinique PHRC 97) démontrait avec succès la faisabilité des procédures d’autogreffes de CSH dans laquelle furent inclus 19 patients atteints avec MAI sévères : 14 Sclérodermie, 3 myosites, 2 lupus et 1 polyarthrite rhumatoïde [7, 8]. Aujourd’hui environ 4000 patients au monde (Europe 2000; Amérique du Nord et Latine 1500, Asie 500) ont été traités pour une MAI par greffe de moelle, autologue dans 90% des cas, parfois allogénique en cas d’hémopathie maligne associée justifiant alors la procédure.

Les essais thérapeutiques de phase I/II menés en Europe ont permis de souligner l'importance de la sélection des patients et d’identifier les facteurs de risques, notamment l'existence d'une HTAP > 35 mmHg, d'un score d'invalidité trop élevé et/ou de l'utilisation d'une irradiation corporelle totale sans protection pulmonaire. L’analyse conduite en 2009 des 900 premiers patients (principalement Sclérose en Plaque (SEP), Sclérodermie systémique (SSc), Lupus érythémateux (LED) et maladie de Crohn (Crohn’s) rapportés dans le registre de l’EBMT par plus de 215 centres situés dans 30 pays différents, a montré des réponses cliniques complètes durables chez 2/3 des patients tout diagnostic confondu, avec une survie sans progression jamais rapportée jusqu’alors chez ces patients atteints de MAI réfractaires à tous les traitements antérieurs. La mortalité associée à la procédure de 7 + 3% à 3 ans est directement liée au type de MAI initiale, à l’intensité du conditionnement et à l’activité du centre de greffe [8]. Si les indications se sont progressivement élargies au Diabète Insulinodépendant précoce et aux colites inflammatoires dans le cadre d’essais spécifiques, l’efficacité des traitements par antiTNF a réduit à l’exception les indications dans la Polyarthrite Rhumatoïde et l’Arthrite Chronique Juvénile.

Sclérodermie Systémique (SSc) sévère. Les résultats prometteurs de l’essai français ISAMAIR (Farge BJH 2002)) et des autres études de phase I-II en Europe ont montré, pour la première fois dans la SSc, une régression possible de la fibrose cutanée (Verrechia) et pulmonaire (Launay, Burt) après autogreffe de CSH avec amélioration significative à court et long termes . Les membres du réseau MATHEC, en tant qu’investigateurs et co-coordonnateurs avec la Hollande et la Suisse de l’étude européenne randomisée de phase III ASTIS, ont permit désormais la supériorité de l’autogreffe de CSHP CD34+ après intensification thérapeutique par rapport aux bolus d’Endoxan [9].

Ainsi en France et dans le reste de l’Europe, comme dans certains centres aux USA et au Brésil, la pratique de l’autogreffe de CSHP relève désormais du soin courant pour les formes sévères ou rapidement progressives de SSc (ref patho biol et snowden 2012). Cette autogreffe se doit d’être effectuée dans des centres experts accrédités pour l’allogreffe de moelle selon des procédures définies après avoir validé l’indication en RCP nationale Multidisciplinaire MATHEC.

Lupus Erythémateux Diffus systémique (LED) résistant au traitement classique. L’autogreffe de CSH périphériques effectuée dans des études de phase I- II (Ilei) a permis d’observer des rémissions durables (55 % des cas) avec réduction ou arrêt possibles des immunosuppresseurs. Les indications restent rares en Europe, aux Etats-Unis et en Chine et d’autres approches utilisant la thérapie cellulaire et notamment les Cellules Souches Mésenchymateuses (CSM) ou les CAR sont à l’étude chez ces patients

Maladie de Crohn et colites inflammatoires résistantes au traitement de 1ère/ 2ème ligne. Les membres de MATHEC ont participé activement à l’essai Européen de phase II-III ASTIC, coordonné en Angleterre sous l’égide de l'European Crohn Colitis Organisation et de l'EBMT afin de comparer l’autogreffe précoce versus tardive à un an. Les résultats contrastés chez ces patients fragiles montrent des rémissions inespérées dans ce contexte au prix d’une morbidité non négligeable. Aussi les autogreffes de CSHP restent indiqués dans de rares cas chez ces patients à condition que les indications, le suivi et la procédure soient conformes aux recommandations nationales de bonnes pratiques établies par les experts de le la SFGM-TC en lien avec les spécialistes de la MAI (HWaxcjey) JAMA Corhn 2015).

Sclérose en Plaque résistantes au traitement de 1ère/ 2ème ligne. Des résultats prometteurs obtenus après greffe de CSHP ont été largement publiés, montrant le plus souvent d’excellents résultats sur le processus inflammatoire avec une diminution du volume en hypersignal T2 et une quasi-disparition des prises de contraste dans l’année qui suit la greffe (Saacrdi ASTIMS). En France jusqu’alors peu d’équipes ont initié des procédures d autogreffe de CSHP au cours de la SEP, et les indications sont actuellement le plus souvent regroupés dans un des centres de MATHEC qui développe une expertiseconforme aux recommandations européennes, alliant dans un même site les compétences indispensables de neurologue et des hématologues experts. Les membres de MATHEC participent activement à l’élaboration du protocole non interventionnel de l’EBMT et les indications sont validées en RCP MATHEC.

Bibliographie :
   
 
ο Autologous bone marrow transplantation in the treatment of refractory systemic sclerosis: early results from a French multicentre phase I-II study.
Farge D, Marolleau JP, Zohar S, Marjanovic Z, Cabane J, Mounier N, Hachulla E, Philippe P, Sibilia J, Rabian C, Chevret S, Gluckman E; Intensification et Autogreffe dans les Maladies Auto Immunes Resistantes (ISAMAIR) Study Group.
Br J Haematol. 2002 Dec;119(3):726-39.
   
 
ο Autologous hematopoietic stem cell transplantation for autoimmune diseases: an observational study on 12 years' experience from the European Group for Blood and Marrow Transplantation Working Party on Autoimmune Diseases.
Farge D, Labopin M, Tyndall A, Fassas A, Mancardi GL, Van Laar J, Ouyang J, Kozak T, Moore J, Kötter I, Chesnel V, Marmont A, Gratwohl A, Saccardi R.
Haematologica. 2010 Feb;95(2):284-92. doi: 10.3324/haematol.2009.013458.
   
 
ο Autologous Stem cell Transplantation International Scleroderma (ASTIS) trial: hope on the horizon for patients with severe systemic sclerosis.
van Laar JM, Farge D, Tyndall A.
Ann Rheum Dis. 2005 Oct;64(10):1515.
   
     
  Maladies Auto Immunes et Thérapie Cellulaire maj : 24/10/2016